Pourquoi parler de légalité avec la consommation du cbd alors que celui-ci est issu du cannabis ?

Il améliore le sommeil. On parle même d’un anti stress efficace avec le cbd. Pour les habitués, celui- n’a pas son pareil pour soulager les douleurs avec certaines maladies. Pourtant, la consommation du cannabidiol suscite encore de doute. Alors, que faut-il penser réellement de ce produit ?

Le cannabis : un stupéfiant

Le cbd est un des dérivés du cannabis. Sa culture est dédiée pour la production de stupéfiants. C’est pourquoi son usage, voire sa consommation, reste interdite dans plusieurs pays dont la France. Cette plante doit son effet psychoactif au TCH. Celui-ci agit sur le CB1, des récepteurs cannabinoïdes du cerveau.

Le problème avec le TCH c’est que celui-ci qui donne au consommateur l’impression de « planer ». Il procure, à court terme, de l’euphorie et d’un semblant sentiment de bien-être. Les sensations visuelles et auditives se voient aussi amplifiées. En d’autres termes, on fait allusion à cet actif lorsqu’on parle de cannabis high.

Tout cela est le contraire du cannabidiol qui, d’abord, ne fait pas planer. De nombreuses études scientifiques ont permis de prouver ses vertus thérapeutiques et médicinales. En d’autres termes, ce produit n’a rien d’une substance illicite. Cela explique peut être pourquoi la législation tergiverse quant à son statut. Jusqu’à preuve du contraire, la consommation du cannabidiol n’est donc pas clairement interdite par la loi en France.

Quels sont les bienfaits du cbd ?

Les études tendent à démontrer les propriétés anxiolytiques et antiépileptiques du cbd. Des preuves précliniques et cliniques permettent d’appuyer cette thèse. Malgré cela, la communauté scientifique reste sur ses gardes quant à son usage pour traiter les troubles psychiatriques.

En attendant les résultats de ce côté, le cannabidiol est sorti vainqueur pour le traitement de certaines maladies neuro-dégénératives. C’est le cas avec les accidents vasculaires cérébraux et le sclérose en plaques. On parle même d’une étude de son efficacité pour la prise en charge de la maladie de Parkinson.

Ce cannabinoïde agit aussi de manière efficace pour traiter les troubles de l’humeur. C’est pourquoi il rivalise avec les antidépresseurs. On recommande donc son utilisation pour réduire le taux de stress et d’anxiété.

Le cannabidiol n’est pas une drogue à proprement parler

La tendance est souvent d’associer le cbd au TCH. Et comme les deux sont composants du cannabis, la confusion quant à leur nature semble être justifiée. Pourtant, on ne le répétera jamais assez. Cet actif est constitué exclusivement de cannabidiol. Ce dernier n’a rien d’euphorisant et ne crée, en aucun cas, de la dépendance.

Pour comprendre l’intérêt de ce cannabinoïde, il faut donc se concentrer sur ses effets thérapeutiques. Quant à ses vertus médicales, la science est en marche à ce sujet. Les études réalisées jusqu’ici semblent être, pour la plupart, en faveur du cannabidiol. Cela permet de prédire une entière reconnaissance de cet actif dans l’univers médical.

En attendant, ceux qui s’intéressent à ce produit peuvent avoir l’esprit tranquille quant à sa réelle nature. De plus, il ne faut pas oublier que la législation n’interdise pas sa consommation. Malgré tout, on recommande la prudence pour la prise de cannabidiol, quelle que soit sa forme. Il est recommandé de bien décrypter l’étiquette qu’on est face à un produit légal.

            A la lumière de cet article, on peut déduire que le cbd n’a rien d’une drogue. C’est un actif avec des vertus thérapeutiques prouvées. Pour éviter des soucis, on doit toutefois rester sur ses gardes. Cela signifie faire attention à ne choisir que des produits avec un taux élevé de cannabidiol.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*