Ce que vous devez savoir sur le comblement de sinus ou le « sinus-lift »

Le comblement de sinus ou le « sinus-lift » est un procédé qui consiste à élever le plancher sinusien. Quand les dents tombent, avec le temps, le sinus maxillaire a tendance à se rétracter. Dans ce cas, il est difficile, voire impossible de poser des implants dentaires. Cela parce que l’épaisseur d’os maxillaire résiduel ne suffit pas pour réaliser un traitement dentaire comme la pose d’implants. Le comblement de sinus va alors permettre d’augmenter le niveau et la hauteur de l’os du sinus avant de pouvoir réaliser des traitements implantaires, entre autres.

Mais pourquoi effectuer un comblement osseux ?

La technique du comblement osseux en chirurgie-dentaire vise généralement à compenser et à pallier le manque d’épaisseur du sinus maxillaire. Cette technique sert en effet à préparer un socle solide pour d’éventuels soins dentaires. Tels que la pose d’implants dentaires, etc. Mais le « sinus-lift » permet également de compenser la perte osseuse due à une maladie de la gencive. Comme la parodontie par exemple. D’un autre côté, quand une personne à une anomalie génétique provoquée par une perte de dents, elle a besoin d’une greffe osseuse afin de pallier l’insuffisance. Enfin, après une extraction de dents, la quantité d’os restante pourrait ne pas suffire pour un remplacement dentaire. Dans ce cas, le comblement osseux est indiqué pour compléter la perte osseuse.

En résumé, le praticien procède à une greffe osseuse afin de remonter le niveau du plancher sinusien. Cela dans le but de pouvoir poser un implant dentaire. C’est-à-dire pour trouver une hauteur adaptée à la pose d’un implant.

Comblement de sinus par voie latérale et par voie crestale, lequel choisir ?

Deux techniques de comblement de sinus sont envisageables pour soulever le niveau ou la hauteur de l’os maxillaire. L’une comme l’autre est utilisée selon la quantité d’os à récupérer.

Le comblement de sinus par voie latérale

La greffe osseuse par voie latérale est réalisée dans le cas où le patient a besoin de compenser une grande quantité d’os sinusiens. Ce type de comblement osseux est réalisé sur la paroi externe du sinus maxillaire. Cela dans le but d’avoir un large accès et une meilleure visibilité sur la zone à traiter. L’intervention est alors réalisée sous anesthésie locale. Et les implants pourront être posés soit au moment même de la séance soit 4 à 6 mois plus tard.

Le comblement de sinus par voie crestale

Cette deuxième approche est utilisée si la quantité d’os à restituer est réduite. C’est-à-dire quand la hauteur ou le niveau à combler ne dépasse pas le 4mm. En d’autres termes, quand le volume osseux initial est suffisant pour la pose d’implants dentaires. Le soulèvement de sinus, dans ce cas, est réalisé avec un instrument appelé ostéotome et avec un matériau de comblement.

Quels sont les risques liés à un comblement osseux ?

Étant donné qu’il s’agit d’une opération chirurgicale délicate, le comblement de sinus peut présenter des risques d’infections et de perforation de la membrane sinusienne.

Les risques d’infection

Rares sont les cas d’infection suite à un comblement de sinus. Mais il est tout de même nécessaire de les préciser. En général, les risques d’infection dus à une greffe osseuse ne dépassent pas un taux de 5%. Toutes les opérations sont alors effectuées sous une couverture antibiotique. Si une infection survient, le praticien procède à un nettoyage du site chirurgical. Dans ce cas, le volume d’os restitué pourrait être compromis et un deuxième comblement sera envisagé.

Pour les patients qui sont sous l’effet du tabagisme, ils présentent des risques d’échec et de complications de 10%. Il est alors préférable d’arrêter de fumer si vous avez besoin d’une greffe osseuse.

Les risques de perforation de la membrane sinusienne

Il est fort probable que l’enveloppe sinusienne soit perforée au moment de l’opération. Si la perforation est minime et peu importante, le praticien pourrait la réparer. Dans le cas contraire, on procède à l’arrêt de l’intervention ainsi qu’au renfermement du site chirurgical. L’opération ne pourrait être refaite qu’après 3 à 4 mois suivant la date d’arrêt de l’intervention.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*